Newsletter février 2024

La double casquette de Fabien

#Portrait - La double casquette de Fabien ROMANAT

Depuis 2017, Fabien est agriculteur à 60 %, responsable de projet avant-vente spécialisé en cybersécurité à 40 % et drômois à 100 %. Deux activités, deux costumes différents, mais le même bonhomme, le même sourire et la même foi dans le travail. Il passe dans une même journée du col blanc à la tenue d’agriculteur.

En poursuivant l’article, découvrez son portrait , à travers mon regard de conjointe collaboratrice et d’épouse.

Fabien ROMANAT,
chef d’exploitation à 60%, 40% cadre
et 100% drômois

#Un début de parcours loin de ses terres natales

Fils d’agriculteur, petit-fils et arrière-petit-fils d’agriculteur, Fabien est né il y a 43 ans à quelques centaines de mètre de l’exploitation familiale, dans un petit appartement situé dans le vieux centre de Saint Donat sur l’Herbasse. Tout le destinait à devenir agriculteur – et, pourtant, poussé par ses parents d’accéder au savoir, Fabien part à CHAMBERY en étude supérieure.

Titulaire d’un master II en cybersécurité, c’est dans des Sociétés de Services et d’Ingénierie en Informatique (SS2I) à LYON puis VALENCE, qu’il effectue toute la première partie de sa carrière, gravissant tous les échelons jusqu’à devenir responsable de projet avant-vente spécialisé en cybersécurité dans une start-up de VALENCE

#L'appel de la terre est plus grand

En parallèle, lorsque ses parents parlent de retraite et transmission des terres agricoles familiales, une petite voix lui rappelle tous les investissements, toute la sueur coulée par ses ainés, surtout par son père qui y a grandi. Il ne peut pas imaginer laisser son héritage dans d’autres mains. L’appel de la terre est plus grand. 

En 2016, Fabien décide de reprendre l’exploitation familiale, à laquelle il est si attaché. Le 1er avril 2017, le lendemain de la retraite de sa maman, il devient officiellement chef d’exploitation d’une ferme de 20 hectares composée d’abricots, de noix et d’asperges. 

Témoin de la grande difficulté de vivre de l’agriculture, il conserve par sécurité de trésorerie son emploi de cadre et partage ainsi son temps entre les deux activités professionnelles. Depuis, les journées sont relativement remplies.

#Nouvelle génération, nouvelle valeur ajoutée

Même s’il a repris la ferme familiale, Fabien y a mis sa patte, parce qu’en vingt ans le métier et les techniques ont changé. Les pratiques agricoles évoluent.

Au fil du temps, il façonne un nouveau paysage : plus de haie pour accueillir les oiseaux destinés à manger les nuisibles, l’arrivée des brebis pour entretenir le sol naturellement, culture des noyers en BIO

Au fil du temps, il a engagé de nouveaux investissements indispensables pour la survie de l’exploitation : équipement pour la culture de noix, renouvellement du système d’irrigation, installation des filets paragrêles, nouvel hangar de stockage, renouvellement des vergers….

Un autre pari tenez à cœur Fabien : remettre au goût la vente directe !  En quelques années, nous réussissons à développer un nouveau réseau. Ce circuit de distribution apporte beaucoup à l’activité : un contact direct avec les clients, le plaisir de partager les connaissances avec le public. Aujourd’hui, la vente directe représente un tiers de l’activité agricole.

#Deux activités professionnelles complémentaires

Le premier travaille la terre les bottes au pied, les mains sur le volant du tracteur. Le second porte une belle chemise blanche et des souliers vernis, pour traiter des risques informatiques en cybersécurité. Grâce à un mental et une capacité à travailler extraordinaires, le cumule des 2 métiers offre un équilibre qui nourrit Fabien mais aussi la famille. L’aller-retour entre le champ de l’agriculture et le champ de la

cybersécurité se complètent au point de forger sa vision du monde et d’imprégner ses méthodes de travail. De son poste dans le tertiaire, où il répond à des appels d’offres sur la sécurité informatique, Fabien garde un goût prononcé pour la gestion de crise, gestion administrative, gestion du personnel, prioriser, négocier. Ses compétences de responsable de projet avant-vente sont mis à profit. En parallèle, l’activité agricole, réel bol d’air, permet de garder les pieds sur terre.

Arboriculteur et responsable avant-vente en cybersécurité dans la même journée n’est pas toujours évident, voir usant.  A l’heure du film du soir, bien souvent, il dort depuis bien longtemps. Continuer ce rythme semble un peu fou et encore que …  Outre l’aspect sécuritaire du revenu, cette double casquette souligne la chance d’exercer deux métiers riches, qui nous animent chaque matin et contribuent à établir un équilibre précieux dans notre quotidien.

futur génération

article rédigé en février 2024

Conjointe collaboratrice, cent professions
Je goûte

Inscription Newsletter

Pour ne plus rater les ventes directes de notre ferme inscrivez-vous à la newsletter

Une fois par mois actus de la ferme, découverte de mon métier d’agriculteur, agenda des ventes directes sont sur votre boîte mail

Dernières news …

5/5 - (1 vote)

1 réflexion sur “Portrait : Fabien, deux activités, deux costumes différents, mais le même bonhomme”

  1. Découverte il y a quelques années, c’est toujours avec grand plaisir que nous degustons les asperges, abricots et noix de la ferme Romanat. La qualité de leur production et leur certification bio en font des fruits d’une belle qualité gustative. Une amie très malade, m’a rapporté qu’elle avait redecouvert le plaisir de manger des noix quand je lui ai envoyé les noix de Fabien ( elle habite la region de Bordeaux). En effet ce sont les seules qu’elle peut manger car elle etait très allergique aux noix du commerce. Aller chercher les fruits ou asperges à la ferme est toujours un plaisir car nous chaleureusement accueillis par Marie Laure aussi passionnée par son travail que Fabien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *